Français
thunderstorm
14°C
September 10, 2021 | Blog

September 11, 2001, is a day that needs no introduction.  

It’s a day that means so much to many different people. For the aviation industry it’s often considered the day when everything changed. Flying and airport planning changed dramatically following the attacks on the former World Trade Centre and other locations in the United States.  

Edmonton International Airport is nearly 4,000 km away from New York City, but the effects of that day resonated around the world and were felt at our airport like so many.  

Steve Maybee remembers the day clearly, even 20 years later.  

Today, he is the vice-president of operations and infrastructure for EIA but in 2001 was the manager of human resources and safety. When the first jet struck the north tower of the World Trade Centre it was 6:43 am Edmonton time. A phone call from a family member first alerted him to the crash. It wasn’t long before he received an urgent call from the airport telling him to report to work as soon as possible.  

“I couldn’t believe what I was seeing. I was trying to figure out how the plane could have lost control to hit the tower,” he said this week, ahead of the 20th anniversary. “When we realized it was intentional – everything was grounded.” 

US airspace was closed, and Canadian air space quickly followed. EIA, like many other airports, suddenly had to prepare for the arrival of unexpected flights and passengers.  

Six planes, all of them originally bound for the United States, were diverted to EIA for emergency landings. They included: 

  • United London Heathrow-San Francisco 
  • United London Heathrow-Los Angeles 
  • Air France Paris – Los Angeles 
  • British Airways London Heathrow – San Francisco 
  • Polar Air Japan-Chicago 
  • Asiana Korea-New York 

Several hundred passengers, some of them with limited English skills and none of them expecting to end up in Canada suddenly needed help.  

Planes parked away from the terminal on 9-11

Planes parked away from the terminal on 9-11

Barb Ciecko, an EIA employee, was assigned to help greet passengers forced to land in Edmonton, despite the airport not even sure what the overall situation was.  

“Passengers were upset, scared and wanting to know what had happened.  We worked to comfort to people and to give them as much information as we knew; as well, food and water were brought in. What really struck me was that passengers were concerned about letting their families know where they were, as well as concern for their fellow passengers,” said Ciecko. 

Traci Bednard was one of the EIA employees tasked with helping set up a phone centre to manage the overwhelming amount of calls coming to the airport.  

“We could hardly keep up with Edmontonians calling in to ask how they could help. This still brings tears to my eyes. It was overwhelmingly kind,” she said.  

As part of the airport’s communications team Bednard was also involved in trying to both get and supply answers to the public and media about how the airport was managing the crisis.  

“I remember an RCMP officer and his police dog had to board each aircraft to do safety sweeps and I admired his bravery, and I was scared for him,” she said. 

No matter what your role at the airport that day was, everyone was drafted to help with the relief efforts. At any given moment most planes in the world are flying and not on the ground. So, when all the planes suddenly had to start landing, there were logistical problems such as where to even start parking them. With security concerns and fear still high, the planes diverted to EIA were not allowed to park at the terminal and ended up having to park far away on aprons and near grassy areas.  

“There was no plan for this, no one had ever contemplated this happening,” said Maybee.  

Communication 20 years ago was vastly different. Social media did not exist and even mobile email on phone wasn’t commonplace. EIA employees began calling Edmonton hotels to try and coordinate rooms and space for the unexpected passengers. Water bottles, food and even kids colouring books were handed out to people. We wanted to help bewildered passengers as they were trying to understand why they were in Edmonton.  

“You didn’t think about much that day. You just started running on adrenaline,” said Maybee.  

“We couldn’t tell passengers how long they would be in Edmonton because we didn’t know when airspace would reopen. Once it did, we had to ask all passengers to be on standby because when it was their turn, we would need to get them boarded and departed within a certain window of time. On top of being in a strange city, the logistics uncertainly was challenging for our unscheduled visitors and for all of us trying to reassure them,” said Bednard. 

Today, the changes that resulted from 9-11 are still evident. Safety and security remains EIA’s top priority in all situations. Enhanced security screening remains in place, including technologies to screen electronics, liquids and other items. The Canadian Air Transport Security Authority (CATSA) was created following the terrorism attacks and continues to provide security screening today.  

Airports, including EIA, are more prepared to handle mass groundings and aircraft diversions. Better communication channels and procedures are in place and regular security exercises are conducted.  

We remember the losses and the tragedy of that day, and we also remember the people. The heroes, everyone who bonded together to help others, in whatever role they were in and wherever in the world they were, including Edmonton International Airport.  

That’s the ultimate memory for EIA employees who were there that day.  

“The impressions I am left with from that day are the passengers and their appreciation of what we were doing as an airport to help them, my colleagues who worked long hours, solved problems, and genuinely did everything they could think of to help, using their partnerships and contacts to give passengers what they needed,” said Barb Ciecko. “The community and the offers of food, water, clothing, toiletries and offers of hosting people in their houses. Even though 9-11 was a tragedy, when I look back, I remember the goodness of people and how everyone came together to help.” 

Planes parked away from the terminal on 9-11

Planes parked away from the terminal on 9-11

 

Se souvenir du 11 septembre à l’AIE, 20 ans plus tard

Le 11 septembre 2001 est un jour qui n’a besoin d’aucune présentation.  

C’est un jour qui signifie beaucoup pour beaucoup de gens différents. Dans le secteur de l’aviation, on le considère souvent comme le jour où tout a changé. Les vols et la planification des aéroports ont changé de façon radicale à la suite des attaques contre l’ancien World Trade Centre et d’autres endroits aux États-Unis.  

L’Aéroport international d’Edmonton se trouve à près de 4 000 km de la ville de New York, mais les effets de cette journée se sont fait sentir dans le monde entier et à notre aéroport comme à tant d’autres.  

Même 20 ans plus tard, Steve Maybee se souvient clairement de cette journée.  

Aujourd’hui, il est vice-président de l’exploitation et de l’infrastructure à l’AIE, mais en 2001, il était gestionnaire des ressources humaines et de la sécurité. Quand le premier avion a frappé la tour nord du World Trade Centre, il était 6 h 43 à Edmonton. C’est un coup de téléphone d’un membre de sa famille qui l’a mis au fait de l’accident. Il n’a pas fallu longtemps pour qu’il reçoive un appel urgent de l’aéroport pour lui demander de se présenter au travail le plus tôt possible.  

« Je n’arrivais pas à croire ce que je voyais. J’essayais de comprendre comment l’avion avait pu perdre le contrôle pour percuter la tour », a-t-il déclaré cette semaine, à l’approche du 20e anniversaire de l’événement. « Quand nous avons compris que c’était intentionnel, on a tout cloué au sol. » 

L’espace aérien américain a été fermé, et l’espace aérien canadien a rapidement suivi. L’AIE, comme de nombreux autres aéroports, a dû soudainement se préparer à l’arrivée de vols et de passagers inattendus.  

Six avions, tous à destination des États-Unis, ont été détournés vers l’AIE pour des atterrissages d’urgence :  

  • United London Heathrow-San Francisco 
  • United London Heathrow-Los Angeles 
  • Air France Paris – Los Angeles 
  • British Airways London Heathrow – San Francisco 
  • Polar Air Japan-Chicago 
  • Asiana Korea-New York 

Plusieurs centaines de passagers, dont certains avaient une connaissance limitée de l’anglais et dont aucun ne s’attendait à se retrouver au Canada, ont soudainement eu besoin d’aide.  

Barb Ciecko, une employée de l’AIE, a été chargée d’aider à accueillir les passagers contraints d’atterrir à Edmonton, malgré que l’aéroport ne savait même pas quelle était la situation générale.  

« Les passagers étaient bouleversés, effrayés et voulaient savoir ce qui s’était passé. Nous nous sommes efforcés de réconforter les gens et de leur donner autant de renseignements que nous en avions; on leur a apporté de la nourriture et de l’eau. Ce qui m’a vraiment frappée, c’est que les passagers étaient soucieux de communiquer à leur famille où ils étaient, et qu’ils se souciaient de leurs compagnons de voyage », raconte Mme Ciecko. 

Traci Bednard, une autre employée de l’AIE, était chargée d’aider à mettre en place un centre téléphonique pour gérer le nombre impressionnant d’appels que recevait l’aéroport.  

« Nous avions du mal à suivre le rythme des appels des Edmontoniennes et des Edmontoniens qui nous demandaient comment ils pouvaient aider. J’en ai encore les larmes aux yeux. La gentillesse était boulversante », déclare-t-elle.  

Comme membre de l’équipe de communication de l’aéroport, Mme Bednard a également tenté d’obtenir et de fournir des réponses au public et aux médias sur la façon dont l’aéroport gérait la crise.  

« Je me souviens qu’un agent de la GRC et son chien policier devaient monter à bord de chaque avion pour effectuer des contrôles de sécurité et j’admirais sa bravoure, mais j’avais peur pour lui », poursuit-elle. 

Peu importe le rôle que vous aviez à l’aéroport, ce jour-là, tout le monde a été appelé à participer aux efforts de secours. En général, la plupart des avions du monde sont en vol et non au sol. Donc, lorsque tous les avions ont soudainement dû commencer à atterrir, des problèmes logistiques se sont posés, notamment pour savoir où les stationner. En raison des inquiétudes et des craintes liées à la sécurité, les avions détournés vers l’EIA n’ont pas été autorisés à se stationner à l’aérogare. On a dû les stationner loin, sur des aires de trafic et près de zones herbeuses.  

« Nous n’avions pas de plan pour cela, personne n’avait jamais envisagé que cela se produise », dit M. Maybee.  

La communication était très différente il y a 20 ans. Les médias sociaux n’existaient pas et même le courriel mobile sur téléphone n’était pas monnaie courante. Les employés de l’EIA ont commencé à appeler les hôtels d’Edmonton pour essayer de coordonner des chambres et de l’espace pour les passagers inattendus. On a distribué des bouteilles d’eau, de la nourriture et même des livres à colorier pour enfants. Nous voulions aider les passagers déconcertés qui essayaient de comprendre pourquoi ils étaient à Edmonton. 

« On ne pensait pas à grand chose ce jour-là. On fonctionnait à l’adrénaline », explique M. Maybee.  

« Nous ne pouvions pas dire aux passagers combien de temps ils resteraient à Edmonton, parce que nous ne savions pas quand l’espace aérien rouvrirait. Quand on l’a su, nous avons dû demander à tous les passagers d’être en attente, car lorsque leur tour viendrait, il fallait les faire embarquer et décoller dans un certain laps de temps. En plus d’être dans une ville étrangère, l’incertitude logistique a constitué un défi pour nos visiteurs imprévus et pour nous tous qui essayions de les rassurer », poursuit Mme Bednard. 

Aujourd’hui, les changements qu’a provoqués la journée du 11 septembre sont toujours évidents. La sûreté et la sécurité restent la priorité absolue de l’AIE, peu importe la situation. Des contrôles de sécurité renforcés sont toujours en place, notamment des technologies qui permettent de contrôler les appareils électroniques, les liquides et d’autres articles. L’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA) a vu le jour à la suite des attaques terroristes et continue d’assurer le contrôle de sécurité aujourd’hui.  

Les aéroports, y compris l’AIE, sont mieux préparés à gérer les immobilisations massives et les détournements d’aéronefs. De meilleurs canaux et procédures de communication sont en place et on organise régulièrement des exercices de sécurité.  

Nous nous souvenons des pertes et de la tragédie de ce jour-là, mais nous nous souvenons aussi des gens. Les héros, tous ceux qui se sont unis pour aider les autres, quel que soit leur rôle et où qu’ils se trouvent dans le monde, y compris à l’Aéroport international d’Edmonton.  

C’est le souvenir ultime des employés de l’AIE qui étaient sur place ce jour-là.  

« Les impressions que je garde de cette journée sont les passagers et leur appréciation de ce que nous faisions en tant qu’aéroport pour les aider, aussi, mes collègues qui ont travaillé de longues heures, résolu des problèmes et fait sincèrement tout ce qu’ils pouvaient penser pour aider, en utilisant leurs partenariats et leurs contacts pour donner aux passagers ce dont ils avaient besoin », conclut Barb Ciecko. « La communauté et les offres de nourriture, d’eau, de vêtements, d’articles de toilette et les offres d’accueil dans les domiciles. Même si le 11 septembre a été une tragédie, quand j’y repense, je me souviens de la bonté des gens et de la façon dont tout le monde s’est uni pour aider. »